Nobles Sauvages: ma vie entre deux dangereuses tribus, les Yanomamö et les anthropologues

Noble Savages: My Life Among Two Dangerous Tribes — the Yanomamo and the Anthropologists (English Edition), livre de l’anthropologue Napoleon A. Chagnon, est à la fois très compliqué à résumer et très controversé. Mais il fallait que je vous en parle, parce que même si c’est mal écrit, que c’est beaucoup trop long et que tout n’y est pas logique, c’est un livre fascinant pour le monde qu’il dépeint, tant chez les anthropologues que chez les Yanomami.

Un petit mot sur Napoleon Chagnon

Napoleon Chagnon est assurément un anthropologue très connu, que ce soit pour son travail sur la parenté chez les Yanomami, les nombreuses controverses qui l’entourent ou les films ethnographiques auxquels il a participé. Ses livres sont encore utilisés dans les cours d’anthropologie aux US, ce qui en fait un auteur intéressant à connaitre.

Je parlerai des controverses qui l’entourent dans le prochain épisode, mais je dirai qu’il y a deux points importants avant d’aller plus loin:

  • La plupart des grosses controverses viennent du livre Darkness in Eldorado de Patrick Tierney, relayé par le documentaire « Yanomami: une guerre d’anthropologues » de José Padilha. Des enquêtes faites par l’Association Américaine d’Anthropologie et d’autres soulignent les mensonges et les manques de preuves pour une grande majorité des accusations contre Napoleon Chagnon, notamment sur l’épidémie de rougeole. J’en parle dans le prochain.
  • Il faut bien différencier les querelles d’anthropologues autour de certaines théories de Chagnon, les querelles « politiques » entre anthropologues, les querelles « politiques » entre Chagnon et une partie des missionnaires au Brésil et au Venezuela, etc. J’y reviendrai dans l’épisode 2, mais il ne faut pas tout mélanger et essayer de voir quels sont les intérêts de chaque « côté » pour essayer d’y voir plus clair.

En tout les cas, et je ne défends aucunement Chagnon, notamment dans sa façon souvent désagréable de parler des yanomami ou de certaines de ses « conclusions », mais il ne faut pas pour autant rejeter tout son travail, notamment sur la parenté et son travail de recueil de données pendant des dizaines d’années.

Un petit mot sur Nobles Savages

Son livre, Nobles Sauvages, tente d’expliquer à la fois son travail de terrain entre le Brésil et le Vénézuéla et les controverses qui ont entouré ses recherches.
Le résultat est un livre inégal, parfois carrément ennuyant à cause des répétitions incessantes sur ses problèmes, souvent mal écrit, car tout y est mélangé, rendant la compréhension totale de certains points presque impossible alors que le livre est censé les expliquer. Mais, il y a tout de même des perles, tant sur les histoires de terrain que sur les disputes entre anthropologues.
Cette première partie est ma critique sans spoiler, le prochain épisode, qui sortira rapidement, ira plus dans les détails du livre.

On le lit ou pas ?

Si vous savez l’anglais, oui, même si je vous encourage fortement à passer quelques pages si vous avez l’impression de ne pas avancer, son livre est quand même beaucoup trop long ;). Vous pouvez le commander ici Noble Savages: My Life Among Two Dangerous Tribes — the Yanomamo and the Anthropologists en version papier ou en version numérique, beaucoup moins cher !

By | 2017-08-30T19:51:05+00:00 août 30th, 2017|anthropologie, billet, Billets, Podcast, Podcast|0 Comments

About the Author:

Jonathan, 31 ans, suisse, polymécanicien, voyageur, producteur de contenu sur le voyage depuis 4 ans, sur l'anthropologie depuis 2 ans. Convaincu que l'anthropologie et les sciences sociales devraient être plus mises en avant, essaie de faire ce qu'il peut pour aller dans ce sens.

Leave A Comment