Comment repérer des sources douteuses sur les Mayas ?

Cet article comporte un texte intégral traduit de l’anglais, avec l’accord de son auteure.

Sauriez-vous détecter une source douteuse sur les Mayas ? L’air de rien, ce n’est pas évident, et les articles sur les mayas sont légion sur le net, souvent mixé avec des récits d’extraterrestres, et il est souvent complexe de savoir démêler le vrai du faux.

Du coup, quand je suis tombé sur l’article « How to spot untrustworthy resources on the Maya« , avec dix points très précis pour faire un premier triage des sources, j’ai adoré ! Son auteure, Diane Davies, m’a permis d’en faire la traduction. Comme une simple traduction ne me semblait pas suffisante, l’introduction et la conclusion sont de moi, avec des informations complémentaires sur le sujet. 

Pour écouter l’article, veuillez utiliser le player en dessus, si vous préférez l’écrit, voici le script de l’épisode en entier.

Télé matin et le contrôle des sources

Extrait de Télé Matin, de cette vidéo:

Pause

Ne vous inquiétez pas, vous êtes bien sur AnthroStory, je les laisse juste finir…

Fin de l’extrait

Quelle histoire magnifique, j’en ai presque les larmes aux yeux, c’est beau, vive la science et vive Google Maps !

Stop, stop, cher auditeur, lâche ton iPhone, ça va, on est sur AnthroStory, je sais que cette histoire est fortement remise en cause par les scientifiques et qu’il y a une quasi-certitude d’absence de toute citée maya à cet emplacement. Sont mignons sur télé matin, mais je ne sais pas du tout ou ils vont chercher leurs infos.

Du genre cette phrase « ils ont trouvé cette cité, qui existe donc ». Désolée chère Olivia, personne n’a trouvé cette cité. Bon, il y a bien une espèce de carré dans la forêt, mais c’est une plantation et un élève d’un archéologue était sur le site il y a quelque temps et a déclaré qu’il s’agissait probablement d’un champ de marihuana. Peut-être qu’Olivia est passée par là bas et a consommé du local, ça pourrait expliquer cette phrase: « il y a une pyramide de 86 mètres, il y a 80 à 120 mètres carrés de structures autour, c’est une découverte majeure ». Petite faute marrante, mais personne ne relève, 120 mètres carrés c’est tout petit, une cité de lilliputiens !

Aucune mention de l’Inde non plus sur les sources, c’est peut-être une reptilienne et elle a laissé passé des infos confidentielles sans faire exprès, je vois que ça.

Trêve de plaisanterie, c’était juste pour signaler la grande qualité des médias et leur attachement viscéral à la vérité.

Le consensus moins funny

Sans entrer dans les détails, le consensus scientifique est qu’il n’y a pas de relations entre le placement des constellations, qui est d’ailleurs culturel, et l’emplacement des cités mayas. Le site trouvé par le jeune homme est, à priori, une vieille plantation. Effectivement, depuis le mois de juin où cette nouvelle est sortie, aucune expédition n’a été organisée pour trouver une cité ou non, c’est quand même une ballade dans la jungle qui coûterait 100 000 euros et vu l’absence de preuves scientifiques, ça ne va pas se faire facilement.

Il reste que vous en avez probablement entendu parler, l’info super cool un, pas les analyses et les démentis des scientifiques, faut pas déconner, et que vous avez peut-être liker et partager cette belle histoire sur les réseaux sociaux. Et c’est bien beau de critiquer le travail des journalistes, mais sauriez-vous repérer une information douteuse sur les Mayas ?

Diane Davies, une archéologue anglaise spécialisée dans la culture maya ancienne, a justement écrit un article « 10 signes révélateurs d’une source douteuse » sur les Mayas. Il est en anglais, mais elle m’a permis de le traduire et de vous le proposer en écrit sur AnthroStory.com et en audio.

La suite est donc la traduction de son article, quand il y a un « je », il faut comprendre que c’est Diane Davies qui parle et pas moi. Je reviendrai en fin d’épisode en tant que moi-même pour vous donner quelques précisions et des infos sur un vrai projet spatio archéologique.

Comment repérer les sources douteuses sur les Mayas ?

Depuis que l’histoire des Mayas a été ajoutée à l’étape deux du programme national clé pour l’histoire (études non européennes) au Royaume-Uni, il y a eu une prolifération de ressources sur le sujet sur le net, la plupart d’entre elles sont absolument horribles !

Après les nouvelles récentes à propos de l’histoire d’un adolescent qui aurait trouvé un site maya, je pense que c’est le moment idéal pour que deux professeurs qui enseignent l’histoire des Mayas apprennent au grand public ce qu’il faut savoir et regarder pour confirmer la fiabilité d’une source.

Méfiez-vous !

Voici 10 signes révélateurs d’une source douteuse.

1. Le terme « Mayan » est utilisé au lieu de « Maya »

Le terme « Mayan » est omniprésent dans les sources mal informées: « Mayan people », « Mayan pyramids », « Mayan civilisation »…
Photo de montagne

Tous les spécialistes des Mayas, et d’ailleurs tous les non-spécialistes qui ont lu un livre ou deux sur l’histoire des Mayas, savent que le mot juste est « Maya ».

Leur calendrier est appelé le « Maya calendar », leur civilisation est appelée « Maya civilisation », leur art est appelé « Maya art »…

Le seul moment où vous devez utiliser l’adjectif « Mayan » est lorsque vous parlez de leurs langues, « the Mayan langages ».

Donc, si vous voyez « Mayan people », « Mayan pyramids », « Mayans arts », « Mayan civilisation », etc., sur une publication (site web ou magazine), vous pouvez être sur que la personne qui a écrit l’article ne sait pas grand-chose sur l’histoire des Mayas.

2. L’image du calendrier aztèque est présentée comme étant le calendrier maya.

Photo de montagne

Des sources sans scrupules utilisent la « Sun Stone » pour illustrer des textes sur le calendrier maya.

Malheureusement, la célèbre sculpture est Aztèque, pas Maya.

Utiliser la « Sun Stone » pour parler du calendrier Maya est comparable à utiliser des photos de la Tour d’Elizabeth de Westminster (AKA « Big Ben »), qui a été achevée en 1859, pour illustrer la façon dont les Romains voyaient le temps dans la Rome antique.

Et oui, j’ai même vu cette image en couverture de livres sur les Mayas. Soyez méfiants ! Ce qui nous mène vers le point 3…

3. Les Mayas sont identifiés comme étant des Aztèques

Photo de montagne

Cette confusion est très commune, mais la vérité, c’est que les Aztèques étaient très différents des Mayas. Ils parlaient une langue différente et avaient un système d’écriture différent.

En outre, la civilisation maya a commencé au moins 1500 ans avant celle des Aztèques.

La capitale des Aztèques Tenochtitlan est aussi loin du grand centre urbain maya de Tikal que Londres l’est de Milan, en Italie !

Déclarer que les Aztèques et les Mayas sont les mêmes, revient à dire que tous les Européens sont les mêmes, qu’ils parlent le même langage, qu’ils ont la même culture et les mêmes croyances…

Voudriez-vous voir une image de Stonehenge sur la couverture d’un livre sur la France ? Je ne pense pas !

Ensuite, on a les Égyptiens…

4. Les pyramides mayas sont similaires aux pyramides égyptiennes.

Photo de montagne

J’ai bien peur que non !

Premièrement, les Mayas et les Égyptiens ne vivaient pas dans la même période historique. Le moment de la construction des pyramides en Égypte était environ 200 ans plus tôt que la construction de la première pyramide maya.

Deuxièmement, les pyramides égyptiennes avaient une forme et une fonction bien différentes que celles des Mayas.

Les pyramides mayas ne sont pas réellement pyramidales ! Elles ont une base polygonale, mais leurs faces ne se rejoignent pas sur un point commun comme les pyramides égyptiennes. Le sommet des pyramides maya était plat et on y trouve souvent une chambre construite sur le dessus.

Les pyramides d’Égypte ont été utilisées comme tombeaux pour des souverains morts, mais pour les Mayas, les pyramides étaient utilisées pour des cérémonies qui se passaient en haut et étaient vues depuis le bas.

En dernier, elles étaient construites différemment. Les pyramides mayas étaient construites en couches, chaque génération construisant une structure plus grande par rapport à la précédente. Les pyramides égyptiennes, d’autre part, ont été conçues et construites comme un seul édifice.

5. On prétend que les Mayas ont mystérieusement disparu au 10e siècle apr. J.-C..

Des sources mal informées parlent de la « mystérieuse » disparition des Mayas vers le 10e siècle apr. J.-C.., ce qui peut tromper les gens en leur faisant penser que les Mayas ont disparu pour toujours…

Premièrement, les Mayas n’ont pas disparu. Il y a environ 8 millions de Mayas qui vivent, aujourd’hui, dans divers pays d’Amérique Centrale (Mexique, Guatemala, Belize, El Salvador et le Honduras); en fait, la moitié de la population du Guatemala est maya.

Bien qu’ils ne construisent plus les pyramides comme le faisaient leurs ancêtres, les Mayas « modernes » portent des habits similaires, suivent des rituels similaires et certains utilisent encore l’ancien calendrier maya. Je suis sur qu’ils voudraient vous rassurer qu’ils n’ont définitivement pas disparu !

On sait aujourd’hui que ce qui est appelé « l’effondrement de l’âge classique des Mayas » était en fait une lente rupture, suivie par une reconstruction de structures politiques, économiques et culturelles dans la société maya.

Les archéologues voient des villes abandonnées au cours du 9e, 10e et 11e siècles, et les gens qui voyageaient vers le nord dans la péninsule du Yucatan (Mexique), ont construit de nouvelles grandes villes comme Mayapan, qui a été occupée jusqu’au 15e siècle.

Deuxièmement, il n’y avait rien de mystérieux ! Un grand nombre de facteurs étaient en jeu.

Il y avait une grande sécheresse dans la forêt tropicale pendant plusieurs décennies, donc les gens se sont déplacés vers le nord ou les sources d’eau étaient plus accessibles. La compétition entre des factions belligérantes pour les ressources naturelles a augmenté les conflits, qui a son tour a conduit à la rupture des échanges commerciaux.

Tout cela a probablement été exacerbé par les changements politiques et économiques dans le Mexique Central.

Donc, tout comme les Français n’ont pas disparu après la Révolution française, même s’ils ont cessé de construire des châteaux et qu’il y a eu de grands changements politiques, économiques et culturels dans la société française, les Mayas n’ont pas disparu mystérieusement autour du 10e siècle.

6.  Les Mayas sont dépeints comme des psychopathes assoiffés de sang et aimant les sacrifices

Les Mayas sont souvent dépeints dans les médias et la culture populaire comme étant assoiffés de sang (par exemple le film de Mel Gibson Apocalyptico), donc c’est une idée communément acceptée et souvent répétée, les Mayas faisaient beaucoup de sacrifices.

En fait, il n’y a presque pas de traces de sacrifices dans le registre archéologique de la région maya. Les rares preuves viennent de représentations picturales sur des céramiques ou en sculptures.

La guerre entre les Mayas était en réalité beaucoup moins sanglante que la nôtre et non, ils n’ont pas utilisé de vrais crânes pour en faire une balle dans leur match de foot ! Et non, le perdant n’était pas mis à mort !

En guerre, ils capturaient et tuaient les opposants, mais sur une petite échelle. Les chefs se vantaient d’être « celui aux 5 prisonniers » ou « celui aux trois prisonniers ».

Les sacrifices par caddiectomie (l’ablation du coeur) qui ont été rapportés par les chroniqueurs espagnols sont ceux faits par les Aztecs.

Il est aussi important de garder à l’esprit que les conquistadors espagnols avaient beaucoup d’intérêts à décrire les peuples indigènes des Amériques comme étant des sauvages assoiffés de sang.

Cela rendait la conquête et l’esclavage plus facile à justifier (voir la controverse de Valladolid), beaucoup d’histoires ont été exagérées.

Et qui sommes-nous pour les juger quand nous avons eu l’habitude de spectacles publics de personnes pendues ou décapitées, leurs têtes empalées sur des pointes au London Bridge !

7. Les anciens Mayas ont prédit que la fin du monde serait au 21 décembre 2012.

2012

Le phénomène de 2012 a été une série de croyances liées à des évènements cataclysmiques qui déclencheraient la fin du monde le 21 décembre.

Cette date a été vue comme étant la date de fin d’un cycle de 5125 ans du Calendrier au Compte Long, et il a été dit que les anciens Mayas avaient prophétisé cet événement.

Ce n’est pas vrai et tous les Mayas actuels et les spécialistes des Mayas le savent !

De la même façon qu’au 31 décembre 1999 les gens utilisant le calendrier grégorien ont célébré la fin d’un siècle et d’un millénaire (même si techniquement il se terminait au 31 décembre 2000), le 21 décembre 2012 était la fin d’un cycle du Calendrier long et la fin du 13e b’ak’tun. Un b’ak’tun est l’équivalent de 394 ans.

Seuls deux monuments mayas, le Tortuguero Monument 6 et La Corona Hieroglyphic Stairway 12 mentionnent la fin du 13e b’ak’tun. Aucun des deux ne contient une prophétie ou une spéculation sur ce qui pourrait arriver à cette date.

Alors que la fin de la 13e b’ak’tun serait peut-être une cause de célébration, le lendemain, les Mayas croyaient qu’un nouveau cycle -le 14 b’ak’tun- commencerait, un peu comme le premier jour de Nouvel An.

En fait, dans le Temple des Inscriptions de Palenque, où on trouve la tombe du Roi Pakal, il a été écrit qu’on célébrerait l’anniversaire du couronnement du nouveau Roi Pakal en 4772 !

8. Les Mayas sont décrits comme un peuple primitif

Les Mayas ont créé une civilisation incroyable dans une forêt tropicale extrêmement humide ou on trouve beaucoup d’insectes et d’animaux dangereux et très peu d’eau.

Ils ont construit des temples spectaculaires, des pyramides et des palais sans utiliser d’outils en métal, sans roue ni aide animale comme les ânes, les boeufs ou les éléphants.

Les Mayas sont la seule civilisation dans toute l’Amérique à avoir développé un système complet d’écriture semblable au nôtre.

Ils ont été une des deux seules cultures au monde à avoir développé le 0 dans leur système numérique et ont été capables de faire des calculs avancés et de devenir de grands astronomes grâce à lui.

Les Mayas étaient extrêmement avancés dans la peinture et la sculpture, ils ont pratiqué le premier sport d’équipe au monde et, plus important, pour moi en tout cas, nous devons les remercier pour le chocolat !

Donc non, ils n’étaient définitivement pas primitifs !

Le problème avec ce point de vue sur les anciens Mayas, c’est que leurs réalisations sont expliquées avec l’aide des extraterrestres ou celle d’autres civilisations.

9. Les grandes réalisations des Mayas viennent des Olmèques

La civilisation olmèque est une culture antérieure qu’on trouve le long de la côte du golf de Mexico.

Ce mythe des Olmèques étant une «culture mère» pour les Mayas et d’autres cultures en Méso-Amérique a été remise en question il y a plus de 20 ans et a été écarté depuis.

Les fouilles ont démontré qu’il y avait beaucoup d’autres cultures que les Olmèques qui vivaient en Méso-Amérique avant les Mayas, et plutôt que de chercher une « culture mère », nous devrions chercher des « cultures soeurs » qui s’influencent entre elles.

En outre, les réalisations des Mayas sur l’écriture hiéroglyphique et les calendriers, qu’aucune autre culture mésoaméricaine n’a découverts ou utilisés, indiquent qu’ils étaient beaucoup plus des innovateurs que des suiveurs.

Donc, si les ressources que vous consultez mentionnent ce qui est écrit en dessus, il est clair qu’elles viennent de non-spécialistes et qu’il s’agit de vieilles informations redondantes écrites il y’a plus de 20 ans.

10. Chichen Itza est la quintessence d’un site maya.

Chichen Itza a été habitée vers la fin de la période Maya, près de 1400 ans après la première cité maya et n’est pas purement maya.

La cité était très cosmopolitaine très influencée par le Mexique Central, particulièrement les Toltèques, qui ont pu y habiter.

Donc, son architecture et son art, comme le « chacmools » ou le « tzompantli » (AKA « skull-racks » ou ossuaire en français) proviennent du Mexique Central, pas des mayas.

Un bien meilleur exemple de ville purement maya serait celle de Tikal, qui a été occupée pendant plus de 1500 ans.

Donc, si la seule chose que vous voyez sur un site web est la ville de Chichen Itza, les chances que ce ne soit pas une source d’information valable sur les anciens Mayas est très grande et votre « alarme anti charlatans » devrait sonner !

Vous voulez en apprendre plus sur les anciens Mayas ?

Cet aperçu du monde maya devrait vous donner une ligne directrice pour faire plus de recherches sur le sujet. Lisez aussi cet article « Les Mayas, une civilisation américaine vieille de 4000 ans ». Je l’ai écrite avec Ian Mursell et Genner Lianes-Ortiz pour « Primary History: The Maya »-Issue 68/automne 2014- Historical Association. Cela inclut une chronologie et des activités pour l’apprentissage.

Vous trouverez plus de sources ici et ici, avec une liste de lectures recommandées et une liste de ressources en ligne fiables. Mes propres publications sont consultables gratuitement ici.

J’ai travaillé avec beaucoup de professeurs qui ont partagé leur matériel en ligne. Les sources suivantes ont été écrites par des professeurs durant leur voyage au Guatemala que j’ai organisé avec Denise Woltering du Stone Center for Latin American Studies (Tulane University, New Orleans): Signs of Change: A K-12 Curriculum on the Contemporary May. Il inclut des activités artistiques pour le stage clé numéro 2.

Finalement, pour intéresser les enfants, vous pouvez consulter 10 Amazing facts about the Maya et des jeux pour tester vos connaissances.

La suite de l’article est un recueil de sources consultables sur le net ou en livres qu’elle juge fiables, malheureusement pour les non-anglophones, tout est en anglais.

Registre archéologique et aliens

Je vais juste revenir sur un ou deux points avant de passer au futur de l’exploration archéologique via satellite.

Tout d’abord, sur la jolie histoire du jeune homme qui trouve une cité maya. L’article d’ou est parti l’histoire vient du Journal de Montréal, et au vu des réactions des archéologues à la suite de celui-ci, je me demande bien ou ils ont pu pêcher leurs experts. Ou comment ont-ils interprété ce qu’ils ont dit? Même chose pour tous ceux qui ont relié l’info, dont de grands médias, qui n’ont pas pris le temps de faire du fact checking avant de publier pour la course aux likes. Bravo les gars.

Vous pouvez trouver un grand nombre d’articles en parlant, avec des arguments contre l’idée du jeune homme. Le truc marrant, c’est que même s’il était tombé pile poile sur une cité maya, ça n’aurait rien prouvé du tout. Il y a énormément de vestiges mayas, des villes entières si proches qu’elles se touchent presque. Il y a énormément d’étoiles. Trouvé une corrélation entre les deux est juste… normal. Un archéologue a même dit qu’en posant son doit au hasard sur une carte de la région, on avait de grands risques de trouver une cité maya ! C’est pas génial ça ?

Sur l’article que vous ai lu, j’aimerai revenir ultra rapidement sur un point qui demanderait d’être détaillé avec un archéologue. « En fait, il n’y a presque pas de traces de sacrifices dans le registre archéologique de la région maya. Les rares preuves viennent de représentations picturales sur des céramiques ou en sculptures. « .

C’est un point qui me semble important, et qui n’est pas si évident. Ma première réaction, en lisant ce texte, a été de me dire que l’archéologue devait se tromper sur ce point, j’ai même vu des reportages parler de nombreux sacrifices ou encore du football avec un crâne.

Le mot clé c’est, en anglais, archeological record, ou registre archéologique ou patrimoine archéologique en français. Le registre archéologique est tout ce qui a été trouvé physiquement, les traces du passé non écrites.

Autrement dit, il peut y avoir des écrits ou de nombreux sacrifices sont décrits, il peut y avoir des représentations en bas-reliefs, mais ils ne comptent pas dans le registre archéologique. C’est d’ailleurs le cas, par exemple, avec le Popol Vu, un texte mythologique écrit à l’époque coloniale, qui mentionne les sacrifices lors des jeux de balles.

Ce n’est pas pour autant une preuve de ceux-ci. Si c’était le cas, alors j’imagine qu’on devrait aussi croire que les humains ont été créés à partir du maïs, ce qui donnerait un tout autre sens à l’expression « mmh, il est craquant lui » en parlant d’un homme attractif.

Transposé à une époque future, on imagine mal un archéologue penser que les dinosaures existaient en 1995 en regardant Jurassic Parc. Certes, il pourrait se mettre à rechercher des ossements de dinosaures, après tout pourquoi pas, mais tant qu’il n’en trouve pas qui datent de la même époque et en parfaite relation avec le registre archéologique, il ne pensera pas qu’on était entourés de dinosaures.

Je sais, ça vaudrait le coup de s’y attarder beaucoup plus longtemps et d’en apprendre plus, je mets ça sur la longue liste des sujets à traiter sur AnthroStory, sentez vous libre de me contacter si vous en savez plus et si vous désirez le partager avec nous !

Autre point qui, lui aussi, mériterait qu’on s’y attarde, je cite la phrase: « Le problème avec ce point de vue sur les anciens Mayas, c’est que leurs réalisations sont expliquées avec l’aide des extraterrestres ou celle d’autres civilisations. ». On en a déjà parlé sur AnthroStory, notamment avec l’interview de l’anthropologue qui a travaillé sur le jeu Far Cry Primal, mais on a toujours tendance à penser que nos ancêtres étaient des sauvages complètement cons, incapables de quoi que ce soit. Ajoutez à ça un reste de racisme colonialiste, et vous obtenez un mélange aux relents nauséabonds.

J’adore les grandes théories des aliens qui viennent construire les pyramides mayas, ça fait souvent de belles histoires. Mais, derrière celles-ci, ce qui se cache est beaucoup moins fun. Chercher des explications extraterrestres plutôt qu’avouer que nos ancêtres étaient de bons bâtisseurs, quand on y réfléchit, c’est un peu horrible non ? Alors que ces mêmes ancêtres ont survécu dans des endroits qui, aujourd’hui encore, malgré notre belle technologie, sont toujours des environnants difficiles ?

Là aussi, ça demanderait un long débat presque philosophique, mais cette idée qui veut que nos ancêtres, et encore pire, les ancêtres des autres, étaient des incapables, et systématiquement, me dérange beaucoup.

Mais vous le savez, j’aime les belles histoires. Et ça me chagrine un peu de vous en avoir cassé une et de vous laisser tout seuls. Moi j’ai envie d’entendre un truc comme ça aux infos:

Les vraies recherches archéologiques via satellite

Ouais ok, pour vrai c’est un peu différent et tant mieux, je suis pas certain qu’avoir une guerre entre des aliens et des predators soit vraiment souhaitable ailleurs qu’au cinéma.

Mais je vais laisser Sarah Parcak vous présenter ça.

Oui bravo, c’est un projet génial, dont elle parlait à une conférence TED.

Pour faire court, elle dit que les archéologues ont exploré moins de 10 pour cent de la surface planétaire. Tout ce que nous savons sur les civilisations antérieures provient d’une surface collective équivalente à la superficie de l’Égypte. Cela nous a pris des centaines d’années pour l’explorer. Mais dans les dix prochaines années, nous pouvons explorer les 90% restants.

Avouez que ça a de la gueule comme speech ! Moi je veux être un citoyen spatioarchéologue, ça a l’air trop cool !

En vrai, c’est un peu moins rigolo, mais cool quand même. Pour trouver de nouveaux sites archéologiques, mais aussi pour observer et rapporter ceux qui sont pillés, il faut des images satellites et, surtout, des yeux entrainés pour l’analyse. Global Xplorer est un projet collaboratif, ou il sera expliqué comment rechercher ces sites sur les images satellites.

Le programme n’est pas encore online, mais vous pouvez déjà vous inscrire. Ensuite, nous devrions recevoir des informations sur comment analyser les images et comment reporter des éléments ou des anomalies. Nous devrions recevoir des images satellites, sans données GPS pour éviter les fraudes, et les observer, puis renvoyer les résultats. Le système, en mode fermé avec son équipe, a déjà permis de trouver des villes entières, et pour vrai, grâce à l’excellente qualité des clichés satellites.

Le premier projet sera focalisé sur le Pérou, qui sera entièrement photographié à haute résolution par satellite, puis les spatioarchéologues se mettront au travail. On peut s’attendre à de belles découvertes, de quoi remplir la todo liste de milliers d’archéologues !

Allez sur globalxplorer.org pour en savoir plus et vous inscrire. Qui sera le premier auditeur d’AnthroStory à trouver une cité perdue ?

En attendant de mettre votre chapeau d’Indiana Jones, continuez à lire des bouquins et arrêtez de regarder la télé, et surtout, écoutez des podcasts !

À dans deux semaines, chao bonsoir !

By | 2016-11-14T20:17:26+00:00 octobre 5th, 2016|AnthroNews, anthropologie, billet, Billets, Podcast, Podcast, sciences-sociales|7 Comments

About the Author:

Jonathan, 31 ans, suisse, polymécanicien, voyageur, producteur de contenu sur le voyage depuis 4 ans, sur l'anthropologie depuis 2 ans. Convaincu que l'anthropologie et les sciences sociales devraient être plus mises en avant, essaie de faire ce qu'il peut pour aller dans ce sens.

7 Comments

  1. Patrice Bonnafoux 6 octobre 2016 at 16 h 23 min - Reply

    A propos des sacrifices:

    le problème est bien que les seuls (rares) indices sont iconographiques. S’ils font bien partie du corpus archeologique, on ne peut les prendre pour argent comptant en l’absence d’autre indices.

    Si des archéologues du futur retrouvaient la bible comme seul livre + des représentations de Jésus sur la croix, devraient-ils en conclure que nous pratiquons des sacrifices humains?

    • Jonathan 6 octobre 2016 at 21 h 32 min - Reply

      Bonsoir !
      Le corpus archéologique, j’ai cherché ce terme sans le trouver, j’ai trouvé celui de registre archéologique par contre, merci pour cette précision !
      Je rejoins votre exemple biblique, j’ai utilisé Jurassic Parc, c’est moins « risqué » comme exemple ;).
      Merci d’être passé sur AnthroStory, vu vos recherches, j’espère ne pas avoir dit de bêtises !

  2. Yann Yinn 17 novembre 2016 at 12 h 20 min - Reply

    1 – Remettons de l’ordre , bien avant que les européens viennent foutre la merde avec leur  » dieux » , leurs religions et le » destin manifeste  » .
    Les autochtones appelaient ce continent « Ixachilan »

    – Le territoire allant du Nicaragua (nican anahuac , nahuatl) jusqu’ à Alaska (ascan anahuac, nahuatl) s’appelle  » Anahuac » ( terre entourée d’eau des 4 côtés ) .
    2- Le « calendrier  » n’est ni Aztèque , ni Maya , sa conception remonte à des millénaires , chaque civilisation à contribuer à son étude , un savoir transmit de génération en génération ….

    3-  » les Aztèques étaient très différents des Mayas. Ils parlaient une langue différente et avaient un système d’écriture différent.
    ( revoir – 1) : Il est clair ! pour nous, que l’année 1492 est associée au
    début du génocide .
    Le fait d’affirmer qu’ils ne parlaient pas « la même langue  » est un mensonge !
    a) Il est reconnu , qu’il existait « un nahuatl commun » , parlait du nord au sud , un langage utilisé pour le commerce , les fêtes culturelles et même pour les mariages .

    b) Toutes les langues natives ont subis des transformations « étymologiques » de la part les jésuites , franciscains , dominicains linguistes du XV siècles , par soucis d’évangélisation ,lors « des interprétations des glyphes en lettres latines . Ils inventèrent des néologismes (aztéquismes, aztéquismes à l’envers) , péri-phrases , contes , mythes , poèmes ect (EXEMPLA) : Nous savons par exemple que le mot  » dieux » n’existe pas dans le vocabulaire original nahuatl .

    c) N’oublions pas que ces « linguistes » , sont d’origines diverses (arabes,juifs et connaissent parfaitement les vielles langues , le grec, araméens , les langues perses , égyptiennes ect ..) .
    – Et que l’Espagne d’avant 1492 était sous domination « musulmane » (Califat de Cordoba) , après la reconquista par Isabel La Catolica , elle a bannit juifs et arabes ( les élites, intellectuels , écrivains , religieux , commerçants ect , beaucoup ont embarqué pour le Mexique ):

    https://plus.google.com/106202511876876273195/posts/VUrT3evrmNv?hl=fr&pid=6320453728750869682&oid=106202511876876273195

    D’ailleurs on retrouve souvent dans les préfaces des dictionnaires écrits
    par les jésuites ce genre de propagande : https://plus.google.com/106202511876876273195/posts/VUrT3evrmNv?hl=fr&pid=6347330735461654674&oid=106202511876876273195
    https://plus.google.com/106202511876876273195/posts/VUrT3evrmNv?hl=fr&pid=6324584782173219778&oid=106202511876876273195

    -Quelques exemples de manipulations linguistiques ( acculturation , génocide culturel , destructions et reconstructions des langues natives )
    https://plus.google.com/106202511876876273195/posts/VUrT3evrmNv?hl=fr&pid=6323490045345535586&oid=106202511876876273195

    https://plus.google.com/106202511876876273195/posts/VUrT3evrmNv?hl=fr&pid=6319412519539296050&oid=106202511876876273195

    https://plus.google.com/106202511876876273195/posts/VUrT3evrmNv?hl=fr&pid=6319407312477201410&oid=106202511876876273195

    https://plus.google.com/106202511876876273195/posts/VUrT3evrmNv?hl=fr&pid=6316816312215702546&oid=106202511876876273195

    https://plus.google.com/106202511876876273195/posts/VUrT3evrmNv?hl=fr&pid=6314893516691549090&oid=106202511876876273195

    https://plus.google.com/106202511876876273195/posts/VUrT3evrmNv?hl=fr&pid=6350966863734046594&oid=106202511876876273195

    4- Bien sûr AUCUN rapport avec l’Egypte !
    Les « tzacualli » (pyramide) étaient des lieux d’études , sorte d’université .

    5-  » disparition des Mayas vers le 10e siècle apr. J.-C..  » :
    et si l’on parlait du « Génocide  » ! ? :
    https://youtu.be/u5R49fxdyag

    6-  » Roi Pakal  » : ( Revoir – 1) : Utilisé le mot « roi » est une aberration !
    et une vulgarisation de l’Histoire . Contexte du Moyen âge ( droit divin , pouvoir directement de « dieux ») : Hors chez nous ce « concept judéo chrétien  » n’existait pas !
    a) – Un « tlatoani  » est « le porte parole  » du gouvernement Hommes (TECUHTLATOQUE , nahuatl) .
    b) Les anthropologues et chercheurs européens ont traduit  » Pakal  » (bouclier) , en se basant sur ancien vocabulaire égyptien . ????
    c) Part contre , nous avons un verbe en nahuatl  » Paka » = Laver !
    Plus logique ! me semble-t-il …
    https://youtu.be/EMvXXjva1OQ
    d) de plus  » bouclier  » se dit  » Chimalli » en nahuatl ! Et au guatemala nous avons le département de « Chilmaltenango » .
    – Rappelons aussi que le mot « Guatemala » est d’origine nahuatl :
     » Quauhtlemallan  » .

    7 – « les tzompantli  » Arnaques ? : https://youtu.be/-4G0O6vpTas
    http://buzzly.fr/les-15-plus-grands-ossuaires-du-monde-bienvenue-dans-les-catacombes.html

    8 – Le popol vuh , n’est pas une source fiable ! n’est pas 100% Maya !
    Conte , élaboré avec des intentions clairement EVANGELIQUE !
    – à lire une excellente étude de Dr Guatemaltéque , rêne Acuña :
    Les problèmes du popol vuh : http://escholarship.org/uc/item/0dq3b52c
    https://www.youtube.com/watch?v=4MQCRoGjwwQ
    https://www.youtube.com/watch?v=W9sz_6LjBNw&t=324s

    • Jonathan 19 novembre 2016 at 14 h 09 min - Reply

      Merci pour votre commentaire très fourni, je n’ai pas eu le temps de tout lire, mais ça a l’air fort intéressant.
      A ne pas oublier: je reprenais l’article cité en début de podcast en intégral, et je n’y ai rien ajouté. Certains points mériteraient d’être précisés, d’autres sont annexes, le but de l’auteure n’était pas d’avoir un article exhaustif, ce qui a forcément mené à quelques raccourcis j’imagine. Il ne faut pas oublier que quand on fait de la vulgarisation, il faut souvent faire des compromis, par exemple utiliser des termes pas 100% exacts ou précis, mais suffisants pour le propos (du genre « roi »).
      Il ne faut pas rêver, un article de quelques centaines de mots ne sera jamais aussi complet, exact et nuancé q’un livre de quelques centaines de pages. Mais le but d’un tel article, c’est peut-être justement d’amener les lecteurs/auditeurs à consulter de la bonne littérature tout en informant suffisamment ceux qui vont se limiter à sa lecture.
      Je vous rejoint évidemment sur l’aspect colonisation qui a transformé énormément de choses, l’auteure le cite d’ailleurs dans un de ses points. Mais ce n’était pas le sujet de l’article, mais je trouverai intéressant d’aborder ce sujet dans un épisode complet d’AnthroStory.
      Merci encore pour le temps que vous avez pris à me répondre, je vous contacte par mail pour en discuter ;).

    • Patrice Bonnafoux 22 novembre 2017 at 11 h 26 min - Reply

      Uprooted (AKA Yann Yin), encore vous et vos élucubrations!

      Est-ce que l’on pourrait arreter les intox avec l’Anahuac et le reste qui n’ont aucune base scientifique. Vous avez prouvé dans d’autres forums que vous mélanger tout et vous ne connaissez pas grand chose. Vous n’avez aucune expérience archéologique (si, 2 chantiers quand vous aviez 13 ans) et aucune expérience de l’archéologie en Mésoamérique. Assez maintenant.

      • Jonathan 22 novembre 2017 at 19 h 45 min - Reply

        Je ne pense pas qu’il prendra le temps de vous répondre, mais merci pour l’info ;).
        Très joli profil en archéologie en tout cas, j’imagine que vous avez fait un peu plus que deux chantiers archéologiques, n’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez partager sur votre discipline sur le podcast, je pense que ça peut intéresser pas mal de monde ! Notamment le côté « pratique » d’un archéologue français qui a votre spécialisation, je pense que peu d’entre nous avons vraiment une idée précise du « vrai » travail que vous faites.
        Merci pour votre commentaire !

  3. […] *This blog has been translated into French by Anthrostory […]

Leave A Comment