Audiogram: stratégies et conseils pour aller plus loin

Maintenant que vous savez ce qu’est un Audiogram (voir l’article « Audiogram: le podcast enfin populaire sur les réseaux sociaux »), que vous avez appris à en créer (voir l’article « comment faire un Audiogram ? Le tuto »), allons un poil plus loin dans les stratégies à mettre en place.

Une grande partie de ces conseils vient de la vidéo « Audiogram case study, best practices, tips etc », que vous pouvez voir sur YouTube, l’autre vient de ma (courte) expérience personnelle.

Que mettre dans un audiogram ?

La question paraît stupide, mais est très loin de l’être. Faut-il mettre un extrait d’un épisode ? Un trailer pour le podcast ? Un trailer pour un prochain épisode ? Un cut marrant qui n’est pas passé au montage ? La réponse n’est pas simple, tout simplement parce que chaque choix correspond à une stratégie différente.

Le trailer du podcast, pour commencer, aura une valeur plutôt faible, tout simplement parce qu’à part le partager quelques fois, on ne pourra rien faire avec. On peut imaginer l’utiliser pour l’intégrer dans un autre podcast (cross-promotion), pour pitcher l’idée à un invité/directeur de festival/visiteur sur son blog/investisseur, mais à part ça… pas grand-chose. Si le but est de partager son contenu pour augmenter son audience, un trailer n’est pas très utile et est loin d’être suffisant.

Un trailer pour un prochain épisode, lui, est déjà plus intéressant, il rappelle à ceux qui vous suivent sur les RS qu’un épisode va sortir. Le problème, c’est qu’il ne va pas forcément augmenter votre audience, vu que votre épisode n’est pas encore sorti, et vu la rapidité des réseaux, autant dire que la plupart auront oublié votre existence 15 minutes plus tard… Mais ça fait « vivre » le podcast sur les RS, intéressant si vous en avez le temps, par contre, ce n’est pas le plus efficace.

Un cut marrant ? Là, on est dans une stratégie pour augmenter son audience sur les RS en particulier, étrangement pas forcément (ou directement) de l’audience de votre podcast. Je m’explique. Vous sortez un Audiogram hilarant, son potentiel d’être liké/retweeté/partagé est plutôt grand, donc ça augmente votre visibilité et, indirectement, va peut-être amener de nouveaux followers. Par contre, votre audience (niveau podcast) ne va pas forcément être affectée, un peu comme une vidéo d’un présentateur qui se trompe ne va pas vous faire regarder son émission pour autant (mais vous allez la liker).

Un extrait d’épisode ? C’est clairement là qu’il faut aller, d’ailleurs, c’est l’utilisation principale qu’en fait WNYC. Le but d’un extrait, c’est d’amener vos followers à l’écoute complète du podcast, via un lien (précisions plus loin), que ce soit des auditeurs réguliers ou de nouveaux auditeurs. C’est l’outil principal pour augmenter votre audience avec des audiograms.

Quelle longueur, combien, le graphisme ?

La consommation de médias sur les RS est très rapide, vraiment. Inutile de vous dire que non, poster votre épisode de trois heures n’est PAS une bonne stratégie.

WNYC conseille de rester autour des 30 secondes. Pourquoi ? Parce que cela assure que votre « vidéo » (même si pour nous c’est un son, en vrai, c’est un format vidéo) soit regardée jusqu’à la fin, ce qui augmente son « reach » potentiel sur Facebook. En gros, si Facebook détecte que personne ne regarde plus de XX% de votre vidéo, c’est qu’elle est pourrie, il va donc la montrer à moins de monde. Avoir des vidéos courtes est un des meilleurs moyens pour augmenter le % de vidéo regardée, la même tactique est utilisée sur YouTube.

Autre raison, le temps de traitement pour faire votre Audiogram. Plus il est court, plus le temps de traitement est rapide, ce qui vous permet d’en faire beaucoup plus. Pour le traitement, comptez entre 3 et 6 fois la durée de votre Audiogram, si vous en faites pas pack de 12, ça a son importance ;).

Combien ? WNYC fait, en moyenne, 10 audiograms par épisode de podcast. Il faut garder à l’esprit que se sont des pros et qu’ils bossent à 100% dessus, mais ça vous donne l’idée. Même si le reach (le nombre de personnes qui vont voir votre Audiogram dans leur flux) est plus grand sur une vidéo que sur un texte ou une image, seule une partie de vos followers va voir votre publication. D’où la nécessité d’en faire plein et de les partager petit à petit sur les RS.

Le graphisme ? Sur WNYC, ils ont un fond par émission, et ils ajoutent un titre ou une citation en fonction de l’Audiogram. C’est bien pour avoir une identité visuelle fixe, mais ça l’est beaucoup moins pour des podcasteurs avec un compte/page par émission. Si vous gardez toujours le même graphisme, vos 20 derniers posts vont être exactement les mêmes, ce qui n’est pas forcément souhaitable. Gardez votre logo (souvent placé en haut à gauche) à chaque fois, mais variez les fonds, mettez des images, etc.

Le cas Facebook

La ou Twitter (sur le feed principal en tout cas) se contente de classer les tweets dans l’ordre chronologique, Facebook s’amuse avec son algorithme et fait ce qu’il veut. Et c’est un peu chiant.

J’avais expliqué l’importance de poster des vidéos en natif sur Facebook plutôt que de poster un lien vers YouTube, gardez juste à l’esprit que Facebook privilégie toujours Facebook et fera tout pour vous garder chez lui et vous faire bouffer ses pubs.

Je n’ai pas trouvé de réels datas pour prouver le truc, mais la Directrice du marketing de WNYC qui apparait dans la vidéo citée au début dit que si on poste un audiogram sur Facebook, celui-ci va baisser son reach si on y ajoute un lien externe, vers son blog par exemple. Entre nous, c’est parfaitement possible et elle connait très bien son job.

De là, deux stratégies sont envisageables: la première, c’est de juste poster l’Audiogram avec un petit texte (n’oubliez pas de marquer un truc genre « à écouter » ou « mettez le son sur on », en tout cas pour les premiers audiograms postés, c’est un nouveau format) sans aucun lien pour toucher le maximum d’audience. Le deuxième, c’est de mettre un lien vers la page de votre épisode et de vous dire que vous aurez moins de reach, mais une plus grande chance d’avoir des clics et donc des écoutes de votre podcast.

Sachant la difficulté de trouver un épisode particulier d’un extrait dont on aurait entendu un superbe audiogram, je pencherai pour la deuxième solution. Et puis moins de clics il y a entre la découverte d’un Audiogram et l’écoute d’un podcast en entier, mieux c’est, les internautes sont des flemmards.

Une solution un peu « sale », mais que j’ai déjà vue, c’est de ne pas poster de lien avec votre Audiogram (et donc d’augmenter votre reach), mais de commenter la vidéo en marquant « pour écouter la suite, rendez-vous sur l’adresse XXX ». Malin non ?

Mais comment j’arrive à faire tout ça en plus de mon podcast ?

Facile, t’engages une équipe marketing et tu continues comme avant ;).

Sérieusement, si votre but (ou l’un de vos buts) est d’avoir une plus grosse audience, la gestion de votre temps va être primordiale. Faut-il faire moins d’épisodes et passer plus de temps à la préparation et au partage de ceux-ci ? En réduire la longueur pour avoir du temps pour soigner votre audience et votre présence sur les RS ? C’est un fait trop souvent négligé par les « créateurs »: ceux qui réussissent ne font pas que créer, ils passent aussi du temps pour le marketing et la distribution. Et ils vous diront même que ça fait partie du processus de création (peut-être pas la partie qu’ils préfèrent).

Plus sérieusement, intégré dans le workflow, ce n’est pas si long à faire que ça. Personnellement, au montage, je réécoute tout pour m’assurer qu’il n’y a aucun problème, et je note les temps des phrases que je veux transformer en Audiogram plus tard, ce qui m’évite une recherche inutile. Ou alors, vous pouvez sélectionner vos 30 secondes et « exporter la sélection », que ce soit sur Audition ou sur Audacity, directement pendant le montage.

Pour les backrounds, j’utilise canva.com qui permet de faire des petites illustrations super facilement, avec des logos et même des images libres de droits. J’utilise aussi pexels.com, un stock de photos gratuites.

Pour la publication, j’utilise buffer.com, qui permet de mettre en attente beaucoup de publications sur tous les RS, de les mélanger pour éviter d’avoir le même post sur tous les RS, d’avoir des heures de publications différentes en fonction des jours, etc.

Et, ce qui est génial avec Buffer, c’est que vous pouvez uploader les audiograms (comme on upload une vidéo), choisir un titre, mettre le lien vers votre blog, et Buffer l’uplaodera lui-même en natif sur Twitter et Facebook.

Grâce à ça, je fais mes audiograms en bloc, je les mets sur Buffer, je les mélange avec mes autres partages d’articles de blogs/vidéos externes à AnthroStory, et j’assure une « présence » sur les RS sans trop me casser la tête.

Pensez à bien ranger vos audiograms, je mets le maximum d’info dans le nom du fichier, pour pouvoir les reposter ensuite plus tard, dans quelques mois, sans avoir à me casser la tête pour les trouver.

Derniers détails

  • Il va de soi que pour un podcast hebdomadaire, le travail à effectuer est très grand et pas forcément « rentable », ou du moins pas assez par rapport à la charge de travail nécessaire.
  • Même problème pour un podcast Tech ou politique qui va rapidement se périmer, empêchant la réutilisation des audiograms, ce qui les rend aussi moins « rentables ».
  • WNYC nous dit 30 secondes, mais c’est encore à expérimenter pour chacun, mais c’est certain qu’il faut rester en dessous de 3 minutes 30, comme pour les vidéos.
  • Lié à ça, sachez que la limite de 25mb de poids de fichier peut-être élevé à l’infini (lors de la création d’un Audiogram), mais que non seulement il y a une désynchronisation notable sur la durée, mais en plus ça fait tout planter ! On peut quand même faire des audiograms de 30 minutes sans problèmes, pour poster sur YouTube par exemple (comptez 3 fois la durée de l’Audiogram pour la durée de traitement, et ça plante encore régulièrement).
  • Il est possible de faire des audiograms via After Effect (voir la vidéo d’explication sur YouTube https://www.youtube.com/watch?v=XoYd8pZ_f_0)
  • Le développeur d’Audiogram travaille sur une version Windows, et améliore encore la version actuelle.
  • Il faut faire attention avec le comptage des vues, tant sur Twitter que sur Facebook, vu que les vidéos partent en automatique, privilégiez la durée moyenne de visionnage, qui doit être la plus proche possible de la durée totale de votre vidéo, ainsi que du nombre de visionnages complets.
  • Les audiograms sont une stratégie au long terme, ne pensez pas avoir 10 fois plus d’auditeurs en une semaine, il faut voir ça dans une stratégie globale. Augmenter votre reach, c’est souvent augmenter le nombre de followers, dont une partie va écouter vos podcasts. C’est aussi faire revenir ceux qui vous suivent toujours sur les RS, mais ne vous écoutent plus régulièrement en podcast.
  • Même si mon test n’est pas à prendre pour une vérité absolue, j’ai déjà vu une différence dans les stats de mon blog, au niveau des podcasts il me faut encore un mois pour voir si c’est vraiment concluant.
  • Si vous avez une « fanbase » très faible sur les RS, le choix de faire des audiograms est délicat, ne le faite, encore une fois, que dans une stratégie de long terme et si le temps à y passer ne nuit pas à votre production.

Et vous, vous avez fait des audiograms avec vos podcasts ? Les résultats sont-ils concluants ? Votre expérience m’intéresse.

By | 2016-11-14T20:17:29+00:00 août 31st, 2016|billet, Billets, Divers|2 Comments

About the Author:

Jonathan, 31 ans, suisse, polymécanicien, voyageur, producteur de contenu sur le voyage depuis 4 ans, sur l’anthropologie depuis 2 ans.
Convaincu que l’anthropologie et les sciences sociales devraient être plus mises en avant, essaie de faire ce qu’il peut pour aller dans ce sens.

2 Comments

  1. Michael 31 août 2016 at 12 h 01 min - Reply

    Il faut que je prenne le temps de tester !
    La saison 3 de mon podcast reprend en septembre, cela va être l’occasion.
    Merci de toutes les infos en tout cas 😉

    • Jonathan 2 septembre 2016 at 19 h 55 min - Reply

      C’est un plaisir !
      Et oui, ça vaut au moins le coup de tester !

Leave A Comment